Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

SAMEDI DE LAZARE - Saint LAZARE à CHYPRE



Une tradition par Éphrem le Syrien, relate qu'après la Pentecôte, Lazare, ressuscité, s'est joint aux apôtres et est venu à Chypre pour faire œuvre d'évangélisation. Saint Pierre l'aurait investi premier évêque de Kition et il aurait vécu encore dix-huit années après sa résurrection, avant de mourir comme tout un chacun.
Le fait est que son tombeau est toujours vénéré à Larnaka, ville qui est le siège de l'évêché actuel de Kition. Au viie siècle, les habitants durent fuir leur ville dévastée et s'installer non loin de là, à l'Ouest de la lagune salée. La nouvelle ville fut appelée Kition, comme l'antique cité. Seul le tombeau de Lazare était resté sur l'ancien site qui fut appelé "Larnax", la relique, ou en grec moderne "Larnaka", les reliques. La ville garda ce nom dû à la relique de Lazare lorsque les habitants réintégrèrent le site originel de leur cité et Kition n'est qu'un village, doté cependant d'une des très rares mosaïques byzantines qui nous soient restées d'avant les destructions iconoclastes.
L'empereur Léon VI le Sage (886-912) avait une grande vénération pour saint Lazare. Il fit édifier àConstantinople une église à son nom et y plaça le corps du saint qu'il avait ordonné d'aller chercher à Larnaka. C'est probablement là que la relique fut prise en 1204 pour être transportée en Occident.



Read More!

Première visite de l'archevêque Chrysostome dans la partie occupée de l'île


L'archevêque Chrysostome de Chypre s'est rendu pour la première fois dans la partie nord de l'île occupée depuis 1974 par l'armée turque. Cette visite fait suite à une lettre qu'il a adressée au premier ministre turc, Tayyip Recep Erdogan, lui demandant son accord pour restaurer le monastère de l'Apôtre André dans la péninsule de Karpas (nord-est de l'île) lequel est actuellement à l'abandon ainsi que de plusieurs églises. Il a précisé qu'il espère pouvoir rencontrer le premier ministre turc lors d'une visite au Patriarcat œcuménique de Constantinople à la mi-avril.
Read More!

News


L'Express
Le piège turc à Chypre
L'Express
Alors que Chypre s'apprête à fêter, le 1er octobre, le 50e anniversaire de son indépendance, l'entêtement d'Ankara à défendre le fait accompli fige l'île ...

Candidature turque: « L'Europe doit maintenant affirmer son ...
par JGP 
L'adhésion de Chypre n'aurait-elle pas dû être subordonnée à la fin de la partition ? La perspective de l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne peut-elle jouer un rôle sur ce conflit (au-delà du rôle que ce conflit joue dans le ...
ANA
Rencontre Papandréou-Christofias à Athènes: C'est l'heure de l'Europe
ANA
M. Papandréou, qui se rend dans les prochains jours à Chypre pour soutenir les efforts de M. Christofias et la promotion des concertations ...
Read More!

Le lever de pierre traditionnel à Chypre et au Liban



Le peuple de Chypre et le peuple du Liban, en particulier les chrétiens, ont beaucoup en commun. Ils partagent par exemple la compétition traditionnelle de la pierre. Dans les deux pays le concours de levée de pierre était une forme de démonstration de force musculaire par les hommes qui était de nature purement compétitive. À Chypre, la pierre utilisée pour le levage était appelée dijimin (pluriel dijimia) c’était une grosse pierre très lourde qui souvent provenait d’une partie d'une colonne de marbre antique.


 Au Liban, la compétition est appelée mahrajan (Mahrajanet au pluriel) et de nombreuses fois la pierre utilisée était la pierre d’un mortier de marbre (appelée ktin à Chypre) qui était utilisé à la maison pour attendir la viande et concasser le blé dur parmi d'autres usages. Ce mortier de marbre est appelé kibbeh au Liban et peut peser plus de 75 kilos. Au Liban, il y a de nombreuses années ce concours de levage pierre ou mahrajan avait également lieu dans les mariages traditionnels, mais aujourd'hui elle a lieu uniquement pendant le lundi de Pâques dans les villages mêmes.


 A Chypre, cette compétition pouvait se produire également à l’occasion d'autres fêtes, cependant, avant la disparition totale de cette pratique, cet événement n’avait lieu que durant le lundi de Pâques, exactement de la même manière qu’aujourd'hui au Liban. La pierre était mise devant l'entrée de l'église. Le lundi de Pâques, les hommes du village avaient l'habitude d'organiser une compétition à laquelle participaient les hommes forts et courageux. Le but était de voir qui pourrait la soulever le plus haut. Cette coutume a disparu de Chypre il ya de nombreuses décennies, cependant au Liban elle se maintient encore dans certains villages d'où ces photos proviennent.


Les jours sont venus et les jours ont passé
jusqu'à ce qu'un jour de fête arrive
et le jeune garçon est sorti
faire une promenade
et il a trouvé
des pierres de levage des Sarrasins (ditzimia)
l’un l’a soulevé à un pied,
et un autre d'autre à un mètre
le meilleur d'entre eux
l’a soulevé jusqu'à sa poitrine
et le jeune garçon est venu à la rescousse
et  avec son petit doigt
il a jeté la pierre derrière lui
et elle a été projetée à un mille.



Cette chanson chypriote qui précède appartient à la période Akritique (9-10 siècles) elle a trait à la compétition de pierre de levage (ditjimia). Ce qui nous montre que ce concours de lever de pierres a eu lieu très longtemps à Chypre et très certainement, dans les temps anciens, non seulement à Pâques, mais aussi à l’occasion d'autres fêtes.
 (Adaptation et version en français de Maxime Le minime d'après NOCTOC")
Read More!

News

Le président Christofias ne se représentera pas en l'absence de ...
Le Point
Mais, depuis cette date et en dépit de quelque 70 rencontres, les pourparlers entre Demetris Christofias et le leader de la République turque de Chypre Nord ...

Un Britannique se sent vieux à 58 ans
TF1
En Norvège, elle finit à 34 ans, alors que dans un pays comme Chypre, on pense en moyenne que l'on reste jeune jusqu'à 52 ans et que la vieillesse n'arrive ...

Infractions environnementales : la Commission européenne distribue ...
Actu-environnement.com
La Slovénie et la Suède sont traduites devant la Cour de justice de l'Union européenne, tandis queChypre, le Portugal et l'Espagne ont reçu des ...
Read More!

Eglises pillées de Chypre


Extrait de l'émission Enquête exclusive du 14 mars 2010 sur M6.
Read More!

Mariage "pour l'emploi"...




[...] Chypre ces dernières années a vu un afflux de travailleurs étrangers. Parmi eux, le seul groupe inquiétant est celui des travailleurs de sexe masculin qui viennent de pays islamiques. Après que leur permis de travail est arrivé à expiration, comme ils ne souhaitent ni  retourner au chômage ni retrouver les conditions de pauvre rémunération dans leur propre pays, ils développent des relations « romantiques » avec une fille chypriote sans méfiance. En temps voulu, l’homme arabe accepte le baptême et le mariage dans l’Église  orthodoxe et reçoit ainsi son titre de séjour. Bien sûr, ils peuvent obtenir leur permis avec un mariage civil, cependant la plupart des Chypriotes, en restant fidèles à leur éducation dans l'Église, ne reconnaissent pas le mariage civil, mais le considèrent comme quelque chose d’équivalent à un engagement de fiançailles. Ce n'est pas notre intention de généraliser car  des cas isolés existent où l’entrée dans l'Église orthodoxe se fait par conviction. Le groupe que l’Église  trouve le plus troublant est celui des gens qui, après avoir accumulé leur épargne, retournent dans leur pays d'origine, abandonnant femme et parfois enfants. Une fois dans leur pays et par peur de perdre leur vie, ils n'oseraient pas faire connaître ce qu'ils ont fait pendant une courte période, à savoir renoncer à leur héritage islamique. Ils embrassent l'Islam et se remarient. Leur courte vie de chrétien a fait son temps et est très vite oubliée, tout comme l'épouse et les enfants qui ne reçoivent plus la moindre reconnaissance.[...]
extrait de "Instructions for joining Orthodox Church"
de Pater Christopher Klitou de Limassol
 traduit par Maxime Le minime
Read More!
Read More!

News

Erdogan évoque un retrait à terme de Chypre
leJDD.fr
"Notre objectif est de parvenir à un règlement global et durable du problème de Chypre. Nous sommes prêts à assumer notre part pour atteindre ce but et ...

Turquie: 14% de chômage en 2009
Le Figaro
L'armée turque occupe Chypre où les forces de répression sont particulièrement couteuses. L'aviation, la flotte et l'armée de terre violent quotidiennement ...

Les maronites se battent pour la survie de leur langue ancestrale
AngolaPress
Nicosie - Lorsqu'il dispense ses cours, Elias Zonias se bat pour la conservation de la langue ancestrale de la minuscule communauté maronite de Chypre...
Read More!

L'EXIL des CHYPRIOTES en ASIE MINEURE et en SYRIE


Au cours du VIIe siècle un état très inhabituel de «neutralité» ou co-domination fut inauguré pour Chypre entre Byzantins et Arabes, qui instituait une répartition égale du paiement des impôts payés par les Chypriotes entre eux. A Chypre, de cette époque, il y avait des fonctionnaires byzantins en même temps qu'un commandement musulman, (Wali), nommé par les Arabes.

Néanmoins, cet équilibre a été brusquement interrompu en 691 à en raison de l'événement le plus important de Chypre qui a eu lieu sous le règne de l'empereur Justinien II.



A cette époque, pour une "étrange" raison l'empereur a ordonné le transfert de la population de Chypre à Cyzique" , une ville antique de Propontide (mer de Marmara), entre Panormos et Artaki (Hellespont). Il est maintenant clair que la raison de ce transfert de la population chypriote à Cyzique s’est fait surtout en vue de priver le trésor des Arabes des impôts chypriotes, et les détourner à de nombreuses fins importantes (pour l'époque) au service de l’Empire Byzantin : militaire, marine / construction navale et autres, sous le commandement des généraux Karavisianoi.

L’ action malavisée (comme elle fut caractérisée), de Justinien de transférer un grand nombre de Chypriotes à Cyzique eut comme conséquence une action similaire faite par le calife arabe Abd Al-Malik, qui a ensuite transféré le reste de la population chypriote de Chypre vers la Syrie. Cette action signifiait que le calife considérait comme cette partie de la population de Chypre comme ses sujets eu égard à la fiscalité et à d’autres obligations envers lui.

Probablement, l’élite des Chypriotes a été transférée à Cyzique pour le service naval et militaire. En tête de ceux qui furent transférés de Chypre à Cyzique fut l’Archevêque chypriote Mgr Jean et les autres évêques de Chypre. La région de l'Hellespont où s’établirent les Chypriotes prit le nom de Nouvelle Ioustinianoupolis ou Nouvelle ville de Justinien. C’est en raison de cette réinstallation, que l'actuel Archevêque de Chypre a aussi à ce jour le titre d'Archevêque de la Nouvelle-Justinienne et de tout Chypre.


La réinstallation des Chypriotes à (qui fut vécue par beaucoup comme un exil, mais était une pratique courante au Moyen Age) n'a pas duré longtemps, mais a coûté de nombreuses vies à cause de beaucoup de souffrances. Une nouvelle confirmation du traité de 688 entre les Byzantins et les Arabes, qui a probablement été signée en 705, lorsque Justinien est remonté sur le trône (au lieu de 698 à 699 comme on le pensait jusqu'à récemment) a permis le retour des Chypriotes de Cyzique dans leur patrie, mais aussi le retour à l'île des Chypriotes qui avaient été transférés en Syrie.

Avec le retour des Chypriotes dans leur patrie, les Arabes furent également de retour et se réinstallèrent sur l'île (les prisonniers des Byzantins et les autres). Le statut de «neutralité» pour Chypre, fut appliqué à nouveau et il s’en suivit équilibre et coexistence. La prédominance de conditions de paix rendit les échanges entre Chypre et les Arabes beaucoup plus faciles. Chypre servit alors de point de transit.

(Adaptation et version en français de Maxime Le minime d'après NOCTOC")
Read More!